Retour de l'intérêt pour la culture slave traditionnelle


J'ai rencontré les gars du club culturel-historique "communauté slave "Koloslava" lors du festival du patriotisme le 23 février. Ils avaient la "station" la plus intéressante : tir à la corde, lancer de javelot, combat de mur à mur. Des hommes joyeux et barbus portant des chemises ornementales nationales, un drapeau rouge avec les symboles du club, beaucoup d'histoires intéressantes et un court texte sur l'origine de l'ancienne fête qu'est la semaine des crêpes. À la question "Qui est votre homme principal ?", on répond : "Bylyata, viens ici". "Dans le monde", son nom est Georgy Danilov, et il est un comptable de la troisième génération. Mais comme il le dit lui-même, "j'ai abandonné la comptabilité parce que je veux vivre une vie intéressante".

- George, votre communauté peut-elle être attribuée à des néo-païens ?

- Il existe certains clichés à notre sujet - on nous appelle en effet néo-pagans, Rodnovers, et même reconstructeurs. Mais nous ne sommes pas de purs copistes du mode de vie et des vues des anciens Slaves. Nous ne sommes que des adeptes de la culture de nos parents, grands-pères et arrière-grands-pères. Nous sommes les héritiers de cette culture. C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous ne sommes pas...



La culture populaire traditionnelle a été préservée malgré la résistance de la religion officielle, qu'il s'agisse du christianisme ou de l'islam.

Ce n'est pas pour rien que Lénine a écrit que le village est le porteur de la culture - les traditions nationales y sont principalement préservées. C'est pourquoi ils ont essayé de détruire le village à l'époque soviétique. Mes arrière-grands-pères, par exemple, tous deux villageois, sont morts de faim : l'un dans le Solovki - il a été dépossédé, le second dans la région de Saratov. Si une personne a un noyau - moral, psychologique, culturel - elle ne peut être brisée. Et ce noyau n'est pas pris dans le vide. Elle est transmise par les gènes et l'éducation de génération en génération. Tout ici est le plus pur et le plus brillant - des villages. Les conscrits les plus durs sont du village, les gars les plus travailleurs sont du village.

- J'ai moi-même grandi à la campagne. Je ne suis pas d'accord avec vous.

- Eh bien, ces gars-là ne sont certainement pas pires que ceux de la ville. Les personnes qui ont plus d'occasions de vivre dans cette culture traditionnelle sont plus fortes. Marchez pieds nus, couchez-vous et levez-vous au soleil. Dans les campagnes, on assiste à une évolution biologique vers un biorythme vivant. Mais en ville, on se lève tôt et on se couche tard, il n'y a nulle part où aller pieds nus.

Et savez-vous ce qui distingue encore la ville du village ? En ville, tout le monde s'en fiche. Si une personne était expulsée du village, elle était marquée au fer rouge et n'avait pas le droit de revenir. Et il est allé en ville, où personne ne se souciait vraiment de personne. C'est pourquoi je dis que la culture du village est très différente de celle de la ville. Et c'est le village qui reste le porteur de la culture nationale. 

- Vous vivez vous-même en ville ?

- Je suis né, j'ai vécu et je vis dans la ville.

- Qu'est-ce qui vous a attiré vers vos racines ?

- Je suis depuis longtemps à la recherche de valeurs intangibles. J'ai voyagé dans des lieux saints, étudié les bases de différentes cultures. Et je suis arrivé à la conclusion que la culture la plus proche de moi était slave, puisque j'étais moi-même de sang slave.

- Et d'où viennent ces rites et ces incantations ? Les apprenez-vous dans les livres ?


- Oui, dans les livres. Tous ces rites et croyances sont décrits par nos ethnographes - Snegirev, Potebni, Afanasiev. Et les livres sont écrits à partir de carnets, de listes. Les virages anciens sont tous les travaux du 19ème - début 20ème siècle. Je suis en train d'en faire quelques-uns moi-même.

- Y a-t-il beaucoup de personnes dans votre communauté ?

- Nous n'avons pas un nombre strictement limité de membres - certains viennent et d'autres partent. L'épine dorsale est probablement constituée de 30 à 50 personnes. À un moment donné peut se réunir sur certains jours fériés et une centaine. Nous essayons de faire connaître cette culture ancienne à ceux pour qui elle peut présenter un intérêt. Les écoliers - de la deuxième à la sixième classe - l'apprécient beaucoup. Je visite souvent le Gymnase 7, ma fille y étudie. Et je peux dire que les enfants de cet âge sont très enthousiastes, sont prêts à communiquer sur ces thèmes à travers des images, des jeux, des contes de fées. Il s'agit d'une imagination vive d'enfant qui relie la réalité et l'irréalité. Ils s'intéressent à ces jeux, rituels, incantations.

Nous participons également à des conférences organisées par notre musée d'histoire locale. Je vous le dis encore, s'il n'y avait pas quelqu'un de "Koloslava" à ces conférences, personne ne parlerait au nom de la culture russe, slave. Les Cosaques refusent pour une raison quelconque. Les représentants de nombreux groupes ethniques vivant dans notre région - Kazakhs, Tatars, Tchétchènes, Juifs, Ukrainiens - se réunissent lors de ces conférences. Et il n'y a pas que des Russes.

- Mais vous n'êtes pas la seule organisation slave à Saratov, n'est-ce pas ? On m'a dit que certaines personnes se sont séparées de vous et que vous n'entretenez pas de relations avec ces personnes maintenant ?

- Il existe trois organisations similaires à Saratov. L'un d'eux, en effet, s'est séparé de "Koloslava". C'est un processus normal. Ce n'est pas le premier cas et, je pense, pas le dernier.

- Pourquoi un tel nom - "Koloslava" ?

- Koloslava est un mot composé : kolo est un cercle, et glory est la gloire. Il s'agit de personnes se tenant en cercle et louant quelqu'un.

- Et qui louez-vous ?

- Les dieux et nos ancêtres.

- Regardez, la culture slave, toutes les fêtes et les rites étaient liés au calendrier solaire. Et le christianisme vit selon le calendrier lunaire. Pourquoi en est-il ainsi ?

- Toutes les nations, qui vivent dans la partie nord, non équatoriale, de la planète, glorifient le soleil. Parce que le soleil signifie la vie, la santé et la prospérité. Depuis les temps anciens, les Russes appellent la lumière du jour pas autrement que le Soleil rouge béni. Et les pays du midi, qui sont situés à l'équateur, ils louent la lune. Leur existence diurne est impossible, il fait +50 ° à l'ombre, et il n'y a aucun moyen de survivre dans la journée. Leur vivacité commence donc avec la Lune et l'étoile la plus brillante. C'est, en fait, la différence. Oui, le christianisme nous est probablement étranger dans une certaine mesure, mais c'est ce qui se passe avec toutes les religions officielles - l'islam tente de dominer les cultures nationales, tout comme le christianisme. C'est pourquoi il y avait une double foi dans la majeure partie de l'Empire russe. Elle n'a pas duré 80-90 ans, mais des siècles. La double foi est un tel compromis entre la religion officielle et les croyances populaires. 

- On pense que de nombreux rituels chrétiens traditionnels - Shrovetide, adieu à l'hiver, sont en fait issus de la culture slave et adaptés au modèle chrétien. C'est vrai ?

- Tous les grands festivals slaves suivent la grande croix. La croix celtique, une croix entourée d'un cercle, est un symbole du soleil. Dans notre pays, on l'appelle le kolokryzh. Le mot "kryzh", d'ailleurs, a survécu jusqu'au vingtième siècle - mettre un kryzhik, c'est mettre une croix. Et si l'on ne rentre pas dans le fourré, les Slaves ont quatre grandes fêtes de l'année. Selon les équinoxes et les solstices. Le 25 décembre est la Nativité du Soleil. L'équinoxe est Komoeditsa, qui vient de se transformer en Shrovetide. La Maslenitsa des Slaves, c'est-à-dire la Komoeditsa, durait sept semaines - du début du vêlage à l'équinoxe. À la fin de l'hiver, les réserves étaient reconstituées, et à partir de l'époque du vêlage, la table de nos ancêtres s'est diversifiée - le lait et le beurre sont apparus. En plein hiver, ce n'est pas un problème d'aller à "Magnit" et d'y acheter un petit pain. Mais avant, c'était difficile. Et le jour des crêpes était célébré tant qu'on avait assez d'argent.

Puis le 22 juin, Kupala. Et en septembre, à l'équinoxe - Ovsen, ou Tausen. Certaines de ces fêtes ont été décrites par des ethnographes.

- Existe-t-il des fêtes et des rituels traditionnels slaves qui ont survécu jusqu'à aujourd'hui ?

- Je vais vous en dire plus, de nombreuses fêtes et rites anciens sont perpétués à l'époque moderne, comme le Radunitsa, qui a été interdit par le Conseil des cent têtes. La campagne patriotique Immortal Regiment (c'est-à-dire "sans mort") est un rite ancien visant à célébrer les ancêtres qui ont défendu leur patrie et leur famille et qui sont morts en martyrs et par héroïsme. En ces temps difficiles, nous, les petits-enfants des soldats de la Grande Guerre patriotique, demandons leur protection. Et nos ancêtres avaient l'habitude de le faire tout le temps pendant les semailles et les récoltes, par exemple.

C'est aussi un rite du Nouvel An. L'arbre à fourrure ou le pin est un ancien arbre de Volkhov. Une danse ronde autour d'elle - les gens se donnent la main et effectuent simultanément les mêmes actions, chantent l'ancien hymne de louange. Que "Un petit sapin est né dans une forêt" n'est pas un hymne ? Les jouets sont des offrandes, des cadeaux. Le père Noël est une image de Veles - le dieu du bétail, le dieu de la vie, de la prospérité et du monde inférieur, et la jeune fille des neiges est Mara, Marena (des mots : peste, mort, tuer). C'est la mort. Comme c'est l'hiver, le froid, la faim et l'obscurité. Les gens offrent des cadeaux aux dieux, maintenant cela se transforme en lecture de poèmes, danses et chansons, c'est-à-dire qu'ils donnent les choses les plus précieuses - les émotions. Et Dieu donne des cadeaux en retour. Maintenant, bien sûr, on demande au Père Noël des iPhones. Et plus tôt, ils lui ont demandé de ne pas congeler les enfants et le bétail. Il y a deux ans, le 25 décembre, nous avons eu des chants de Noël. Et le début de l'hiver est noir. Il n'y avait pas de neige. Et nous avons commencé à nourrir le gel avec la kutya - nous l'avons jetée par-dessus notre épaule gauche. C'était aussi un rite si ancien. Et en cinq minutes, il y avait un tel blizzard que rien n'était visible. La neige a recouvert le sol - c'est bien. C'est le genre de cadeaux que nos ancêtres ont demandé à Veles.

Un autre de nos rituels folkloriques est celui où les jeunes mariés accrochent des cadenas sur le pont, et jettent les clés. C'est ainsi qu'ils lient leur mariage. Le mariage ne peut être brisé que par celui qui peut briser cette intrigue. Et que faisons-nous avec ces serrures ? Ils les ont coupés avec un tour. C'est pourquoi il y a tant de divorces. On peut en rire, mais on peut aussi y réfléchir.

En général, l'intérêt pour les choses traditionnelles slaves se réveille chez les gens, même dans les villes. Les habitants font du pain sans levure, collectionnent les poupées folkloriques et les amulettes. On peut faire une poupée en grain, dans laquelle on peut mettre du grain. Nos ancêtres coupaient la poupée, retiraient le grain et le mettaient dans la bouillie si quelqu'un était malade. Parce que le grain pousse sur la terre et la terre est une mère nourricière. Il protège. Elle a protégé les guerriers : ils ont pris une poignée de leur terre natale pour les soutenir pendant la campagne.

- Toutes ces traditions concernent donc l'interaction de l'homme avec le monde qui l'entoure ?

- Oui. Nous faisons partie de ce monde. Comme l'herboristerie, par exemple. Je ne peux pas dire que je suis un bon herboriste. Mais j'ai ma propre réserve : sauge, thym, menthe, fraise, millepertuis et thé de saule. Je prépare l'iwan-tea selon de vieilles recettes russes depuis de nombreuses années. En science, on l'appelle kypremus à feuilles étroites. Et ce produit est unique par ses propriétés - sa teneur en vitamine C est plus élevée que celle des citrons et des groseilles. C'est un diurétique, vous pouvez en boire le soir, et alors il n'y aura pas d'œdème. Il tonifie mais n'excite pas. Ça calme, mais ça ne déprime pas le système nerveux. Et il y a beaucoup de choses de ce genre, et elles sont tout autour de nous.

Un homme est "aveugle" quand tout ce qu'il a, c'est un emploi à domicile et une bière à la télé. Et tant de choses intéressantes autour de nous - nos gens vont dans des maisons pour personnes âgées, passent des vacances pour les enfants. Je vais aux vacances absolument gratuitement dans le costume de Ded Moroz. Je considère que c'est une grande joie. En été, nous prévoyons des voyages cognitifs au temple zoroastrien du village de Trekhostrovskaya, dans la région de Volgograd. Nous voulons aussi faire du rafting sur la rivière Tereyshka.

Je ne bois pas, je ne fume pas, et je ne regarde pas la télé. C'est pourquoi j'ai le temps de vivre une vie intéressante.