Qu'est-ce que les sirènes russes?


Mythologue Elena Levkievskaya - à propos des jambes et des queues de sirène, du seigle à pointes, de la crête perdue, des seins en fer, de la mauvaise mort, de la danse, des chatouilles et de la séduction des hommes.

La sirène littéraire


La littérature russe de la première moitié du XIXe siècle met souvent en scène une sirène - une femme de rivière ou de mer, souvent dotée d'une queue de poisson ou de dragon, qui séduit un homme terrestre ou se venge d'un amant infidèle en l'entraînant dans l'eau. On le retrouve chez Pouchkine, Lermontov, Orest Somov, et bien d'autres. Ce motif est un cachet romantique littéraire, tiré en partie de la littérature d'Europe occidentale, en partie de la mythologie d'Europe occidentale. Il est apparu avec le romantisme et l'ensemble des idées qui lui sont associées, notamment l'intérêt pour les racines nationales et les traditions populaires en tant que quintessence, comme on dirait maintenant, de l'identité nationale. Tout d'abord, cet esprit vient de Joukovski, qui dans les années 1820 a traduit beaucoup de romantiques allemands. Il jette ces histoires dans la littérature russe, et tout le monde commence immédiatement à les utiliser de manière intensive. Même Gogol, qui connaissait bien la tradition folklorique, s'intéressait au romantisme de l'Europe occidentale et empruntait des histoires occidentales, comme il est dit dans Soirées à la ferme près de Dikanka et dans Mirgorod. Par exemple, l'intrigue de "L'horrible vengeance" est tirée de la nouvelle de Ludwig Tieck "Pietro d'Abano".

L'image de la sirène est une empreinte littéraire et romantique puisée dans la littérature et la mythologie d'Europe occidentale.
Dans la tradition folklorique slave, on trouve également des personnages féminins appelés sirènes, ainsi que des personnages féminins associés à l'eau et capables de tirer les gens dans l'eau. En quoi diffèrent-elles des sirènes et des reines de la mer de Lermontov, Pouchkine et Joukovski ?


Des femmes avec des jambes mais sans visage


La sirène est l'un des personnages centraux des traditions mythologiques ukrainiennes et biélorusses. Il s'agit d'un personnage très connu, bien formé, à propos duquel il existait (et existe toujours) un nombre énorme de textes avec un système très ramifié de motifs mythologiques.

Tout d'abord, ce ne sont pas des sirènes à moitié poisson, mais des femmes ordinaires avec des jambes, sans queue. Ils ressemblent à des filles et des femmes aux cheveux blonds lâchés, habillés de blanc. Très souvent, leur visage n'est pas visible, car ce sont des femmes mortes. Et pas n'importe quelles femmes mortes, mais mortes à tort et à travers et qui n'ont pas de place pour se reposer dans l'autre monde.


La notion de personnes qui meurent mal ou de façon sale est l'une des plus anciennes de la mythologie slave orientale, elle remonte à la strate indo-européenne. Il s'agit le plus souvent de suicides, de personnes décédées sans repentir, qui pratiquaient la sorcellerie et connaissaient les mauvais esprits, ainsi que de personnes décédées avant le mariage - car, selon la tradition populaire, est mauvaise toute mort d'un homme qui n'a pas vécu jusqu'à l'âge prévu et n'a pas accompli son programme de vie, surtout s'il est mort sans se marier et sans laisser de descendants (il s'agit surtout de jeunes filles décédées entre les fiançailles et le mariage). En outre, dans les traditions ukrainiennes et biélorusses, les sirènes sont souvent des filles qui sont mortes pendant la semaine de la Trinité.

Le pic de l'activité solaire et de la floraison des plantes tombe la semaine de la Trinité, et selon des croyances très anciennes, elle est associée au retour des âmes des morts sur terre. Le mot "sirène" dérive probablement du grec ancien "rosalia" ou "sirène", une fête célébrée dans le monde antique au début du mois de mai, lorsque les roses étaient en fleur. À cette époque, les gens organisaient des cérémonies commémoratives et déposaient des roses et des couronnes de roses sur les tombes des défunts. Les traditions slaves orientales disent que la semaine de la Trinité, lorsque le seigle commence à germer, la terre est visitée par des sirènes ; c'est pourquoi cette semaine est appelée "Rusalnyi tyzhden" ("semaine de Rusalka") en ukrainien. (Semaine de Rusal). 

 

A leur retour, les sirènes courent dans le seigle, se balancent dans les branches des arbres, dansent, organisent des rondes. Le plus souvent, ils apparaissent en groupe. Pendant cette période, ils sont très dangereux pour les personnes : ils attaquent, effraient, chatouillent à mort, en général ils causent beaucoup de désagréments. En outre, ils peuvent venir dans leurs maisons, et là pour eux laisser de la nourriture et quelques vêtements, en particulier les personnes qui ont quelqu'un de leur famille est mort d'une mauvaise mort et a eu la chance de devenir une sirène.

À lire : Histoire de la race slave

Après la fin de la semaine de la Trinité, le premier jour du Carême de Saint-Pierre ou le dimanche qui le précède, les sirènes doivent retourner dans l'autre monde. Pour que cela se produise à coup sûr, il y avait un rite spécial, qui s'appelait "chasser la sirène", ou "exorcisme de la sirène". Le dernier jour de la semaine, une effigie en paille était fabriquée et tout le village l'emmenait hors du village, dans les champs ou les bois, en chantant des chants spéciaux, et la détruisait rituellement : noyée dans la rivière, brûlée ou mise en pièces et dispersée dans les champs. La deuxième version du rituel est celle où une fille est déguisée en sirène (habillée de vêtements légers, le visage couvert), emmenée à l'extérieur du village et laissée avec les mains, en chantant des chansons rituelles spéciales. Cette fille, après s'être assise quelque part dans le champ ou sous un buisson pendant un certain temps, rentrait tranquillement chez elle et continuait à vivre sa vie normale.

Les sirènes ne séduisent presque jamais les hommes.


Nous pouvons constater que sémantiquement, ces sirènes d'Europe de l'Est sont liées à la végétation des plantes, mais pas aux plans d'eau. Les textes peuvent faire référence à leur sortie de l'eau, mais il s'agit d'une des nombreuses variantes - de la même manière qu'ils peuvent venir d'un cimetière ou simplement de l'autre côté du monde. En outre, l'intrigue amoureuse que les écrivains et les poètes romantiques aiment exploiter est extrêmement faible dans la tradition populaire : les sirènes ne sont presque jamais impliquées dans la séduction des hommes. Les rares textes dans lesquels une sirène séduit effectivement un homme terrestre, comme le soupçonnent un certain nombre de folkloristes, sont provoqués précisément par le goût du livre, la connaissance des textes littéraires, et non par la tradition populaire elle-même.

Une blague avec un peigne


Il existe un autre personnage féminin dans la tradition nord-russe. On les appelle rarement des sirènes - il s'agit plutôt d'un farceur, d'un diable, d'une sorte de femme des eaux. La figure n'a pas de saisonnalité distincte, elle apparaît seule et est associée à l'eau, à une rivière ou à un lac. On dit souvent que ces bouffons viennent des filles et des femmes noyées. En fait, ce personnage n'apparaît que dans une seule intrigue : le farceur est assis sur le rivage, sur une pierre quelconque ou sur le pont de la blanchisserie, et peigne ses longs cheveux avec un grand peigne en os d'un type inhabituel. A l'approche de la personne, elle plonge dans l'eau et y disparaît. Son peigne est laissé sur le rivage. Si l'homme lui prend ce peigne, elle ira le voir sous la fenêtre, le suppliera et le poussera à le lui rendre et ne le laissera pas en paix tant qu'il n'aura pas remis le peigne. Dans certains cas, elle peut causer du tort, notamment en attirant un homme, mais cela n'a rien à voir avec les attributs de genre, un homme comme une femme peuvent être attirés. La composante sexuelle, qui est si forte dans la littérature romantique, n'est pas exprimée ici.

Quand un homme s'approche, elle plonge dans l'eau et s'y cache.


Les sirènes ukrainiennes et biélorusses et les farceurs russes sont tous des femmes tout à fait normales et même belles. Mais si dans la tradition romantique européenne, leur beauté est soulignée de toutes les manières possibles, ce n'est pas le cas chez les sirènes slaves. Outre leur apparence exceptionnelle, les sirènes d'Europe occidentale ont souvent de belles voix et chantent de belles chansons, attirant à elles les hommes terrestres. Les sirènes slaves ne chantent rien de spécial et sont en général silencieuses. En d'autres termes, les sirènes slaves sont semblables aux filles et aux femmes ordinaires, et ne se distinguent pas particulièrement d'elles, que ce soit par leur apparence ou leur comportement.

La vilaine sirène.


Mais dans la tradition slave orientale, il existe une autre image féminine, qui peut également être appelée sirène. C'est une sirène laide - hirsute, laide, vieille, voûtée, vêtue de quelques haillons, avec de longs seins flasques, qu'elle peut jeter sur ses épaules. Elle s'attaque souvent aux enfants - elle les tue, les effraie, les blesse en général et leur fait subir des violences. On dit parfois qu'elle a des seins de fer, et les enfants de Polésie, par exemple, en ont souvent été effrayés : n'allez pas au gras, ou la sirène vous poussera avec un poussin de fer. Les chercheurs pensent que cette image est un emprunt aux concepts turcs de créature démoniaque féminine appelée albasty, ou albasta, qui se spécialise dans l'infliction de dommages aux enfants et aux femmes en couches. Dans les traditions turques, il attaque parfois les hommes adultes, les chatouille et peut même agir comme une maîtresse mythologique, les attirant et cohabitant avec eux.

Peu attrayante, vieille, voûtée, habillée d'une sorte de chiffon, avec de longs seins tombants qu'elle peut jeter sur ses épaules.
Mais dans les réflexes slaves orientaux sur ce sujet, elle se montre exclusivement comme une femme effrayante avec de longs seins tombants, qu'elle peut blesser les enfants.

Il s'avère que nous ne trouvons pas le prototype de la sirène romantique littéraire chez les Slaves de l'Est.

La maladie de la sirène


Les Slaves du Sud ont également des créatures ressemblant à des sirènes, mais dans certaines de leurs manifestations, elles sont similaires aux sirènes ukrainiennes et biélorusses : ce sont des créatures multiples et saisonnières qui apparaissent pendant la semaine de la Trinité. Ils apparaissent sur terre pendant la floraison de cette plante, qui est appelée "rosen" en bulgare, et se manifestent le plus souvent en chantant et en dansant dans les clairières où pousse cette plante, et en laissant des cercles sur l'herbe. Une personne qui met le pied sur le lieu où les sirènes ont dansé, ou qui enfreint les interdictions de travail prescrites pour la période de la Trinité, tombe malade de la "maladie des sirènes", qui se manifeste par une certaine faiblesse, une conscience inadéquate - la personne n'est, comme on dit, pas elle-même. Pour le guérir de cette maladie, les autres villageois doivent danser une danse spéciale autour de lui - semblable à notre danse ronde, mais en accélérant constamment, avec de grands sauts. Les participants à cette danse ronde étaient appelés "rusalia".



La queue, la belle voix et l'enchantement des hommes


Quant aux Slaves occidentaux, ils ont juste des notions de mi-femme-mi-poisson. Les Polonais les appellent des sirènes poissons : l'ancien blason de Varsovie représente une telle sirène - une fille avec une queue de poisson ; son image se trouve également sur la place du marché de la vieille ville. Mais dans les documents folkloriques et ethnographiques polonais des XIXe-XXe siècles que je connais, ce personnage est mal connu ; il n'est pas populaire dans les traditions paysannes.

En de nombreux points nodaux, la mythologie polonaise et tchèque a été fortement influencée par la tradition d'Europe occidentale, notamment allemande.

Les femmes mi-femmes mi-poissons ou les femmes avec des queues de dragon, parfois des femmes avec deux queues de dragon ou de poisson, se retrouvent également dans diverses mythologies du nord de l'Europe - celtique, balte, germanique. Elles ont toutes un ensemble de caractéristiques en commun : elles sont belles, chantent très souvent de belles chansons, les impressions de leurs voix sont spécifiquement notées dans les histoires. Elles se manifestent le plus souvent en s'engageant dans des relations amoureuses avec des hommes terrestres. Ils peuvent être appelés par différents noms : nixa, undine, Lorelei ou Melusine. Elles ont toutes des caractéristiques communes avec les sirènes de la Grèce antique. Je ne prétends pas que tous ces personnages d'Europe du Nord sont génétiquement liés aux Grecs anciens, mais ils se comportent de manière similaire. Il est fort probable que cette histoire, tout comme celles des nains, ait pénétré dans la tradition polonaise depuis l'Ouest - cela a pu se produire quelque part au Moyen Âge - et qu'elle soit devenue aujourd'hui un lieu commun, une marque touristique. Aujourd'hui, la sirène est représentée sur des souvenirs - magnets, cartes postales et badges - comme le symbole de Varsovie. 

La même chose s'est produite dans certains habitats slaves de l'Est : ce sujet a pénétré, à partir du livre, dans la tradition populaire de la Russie, de la Biélorussie et de l'Ukraine, et il s'est créé un sujet distinct, complètement indépendant, celui des pharaons, ou melyuzinas. Au début du XXe siècle, l'ethnographe et folkloriste russe Dmitry Konstantinovich Zelenin a été l'un des premiers à suggérer que l'image d'une demi-femme et d'un demi-poisson dans la mythologie slave orientale avait été empruntée. Il a pénétré dans la tradition orale de l'histoire biblique des soldats de Pharaon, morts dans la Mer Rouge, qui poursuivaient le peuple juif, lorsqu'il sortait de l'esclavage égyptien. Les vagues de la mer se sont ouvertes et ont laissé passer les Juifs, mais les soldats de Pharaon ont coulé. Il en est ressorti des êtres mi-hommes, mi-poissons, vivant dans la mer. Par conséquent, l'un des noms russes pour de tels personnages est pharaons.